Bivouac au Lac Blanc

Le Lac Blanc, c’est la randonnée que tout le monde fait quand on va à Chamonix, elle est facile (quand on part de l’Index) et la vue sur la chaîne du Mont-Blanc est magnifique. C’est un lac d’altitude situé dans la réserve naturelle des Aiguilles Rouges et qui a une altitude 2 352 m. On l’appelle le Lac Blanc parce que c’est un lac de glacier et que son eau laiteuse lui donne un aspect blanc.

L’idée du Bivouac m’est venue quand j’ai lu cet article sur internet : http://djisupertramp.com/voyage/france/bivouac-et-randonnee-du-lac-blanc-a-chamonix-4194
J’ai trouvé les photos magnifiques et quand j’ai proposé à Anne et Jeff de bivouaquer au Lac Blanc, ils étaient partant ! C’était un moyen original de leur faire découvrir ce lieu et ce panorama.

La montée au Lac Blanc depuis le Col des Montets

La montée au Lac Blanc depuis le Col des Montets

La veille nous avons préparé nos sac à dos, ils sont lourds mais il faut bien emmener tente, duvets, nourriture, etc. Et pas question de faire la montée facile par l’Index, sinon c’est pas drôle. Quitte à en baver avec un gros sac à dos, autant monter par le Col des Montets (1 461m) soit presque 900 m de dénivelé. La pente est raide, les lacets nombreux surtout sur la première heure. La suite est bien plus plaisante une fois que nous avons rejoint le grand balcon sud et l’itinéraire du Tour du Mont-Blanc.

Un peu moins de 3 heures de montée pour enfin prendre un déjeuner bien mérité avec mes parents qui nous ont rejoint de puis l’Index pour le casse-croûte.

Le Lac Blanc vu du dessus

Le Lac Blanc vu du dessus

Apres avoir trouvé un endroit parfait pour planter notre tente, on décide d’occuper notre après midi en montant jusqu’au lac de la Persévérance qui se situe à 2 500 m. Il offre un beau panorama sur les Aiguilles Rouges, les glaciers d’Argentière et du Tour.

Lac de la persévérence

Lac de la persévérance

Nous redescendons ensuite tranquillement sur le Lac Blanc. Le temps pour Jeff de piquer un tête dans l’eau assez froide du lac, il est déjà l’heure de l’apéro ! Deux bières du Mont-Blanc et un saucisson plus tard, le jour commence à décliner. La fraîcheur du soir s’invite également. Les bouquetins profitent du calme pour venir gambader avec une grande agilité sur les rochers.

Le soir venu, les bouquetins sortent

Le soir venu, les bouquetins sortent

Malheureusement, le ciel se couvre de plus en plus et nous n’aurons pas le spectacle de la chaîne de Mont-Blanc rosi par le soleil couchant. Les nuages laissent parfois passer un peu de lumière pour nous donner un léger aperçu de ce que l’on rate.

La glacier des bossons au coucher du soleil

La glacier des bossons au coucher du soleil.

Le ciel reste bien bouché, nos envies d’astrophotographie sont bien compromises malheureusement.
Une soupe et un sachet de semoule plus tard, il est temps de nous reposer. Entre 1h et 3h du matin, la pluie viendra même taper sur notre tente, et je tiens à remercier M. Lafuma d’avoir faire une tente bien étanche malgré son grand age !

6h, le réveil sonne, la nuit fut courte, très courte mais je me lève vite car je ne veux pas louper le lever du soleil sur le Mont-Blanc.

La vue du campement au petit matin

La vue du campement au petit matin

Je prends mon trépied et je me dépêche pour immortaliser ce qui est pour le moment le plus beau lever de soleil auquel j’ai pu assister. J’ai le déclencheur de l’appareil photo qui chauffe. Le tri des photos n’en sera que plus compliqué.

Les 1ers rayons de soleil percent

Les 1ers rayons de soleil percent

Le soleil qui vient éclairer d’abord le Mont-Blanc, la Verte et les grandes Jorasses, puis petit à petit le reste de la chaîne.

Des Grandes Jorasses jusqu'à l'Aiguille du Goûter

Des Grandes Jorasses jusqu’à l’Aiguille du Goûter

Le campement

Le campement et l’Aiguille Verte

Plus le soleil monte, plus les reflets sur le Lac Blanc s’intensifient et j’arrive à obtenir LA photo que je voulais, la photo carte postale :

Le reflet sur le Lac Blanc

Le reflet sur le Lac Blanc

Le Mont-Blanc comme je ne l'avais jamais vu

Le Mont-Blanc comme je ne l’avais jamais vu

Il est 7h30, après un petit déjeuner rapide mais toujours avec une vue à couper le souffre, nous plions la tente et commençons notre descente vers Chamonix. Il nous faudra 1h15 pour rejoindre le téléphérique de la Flégère et récupérer ma voiture laissé la veille par mon père.

Le soleil perce

Le soleil perce

Malgré une météo un peu moyenne le soir et la nuit, je suis ravi de ce bivouac qui pour moi était une grande première ! Merci à Anne et Jeff pour avoir partagé ce moment, on recommencera ? (j’achèterai un meilleur tapis de sol !).

Publicités

La traversée de la Vallée Blanche

Lors de nos vacances cet été, nous avons passé une semaine dans le chalet familial aux Houches. Anne et Jeff nous ont rejoint et j’ai pu faire quelques randonnées avec eux. Après un échauffement sur l’Aiguillette des Houches (2 285 m et environs 800 m de dénivelé), il est temps de faire une vrai rando : La traversée de la Vallée Blanche !

La vallée blanche et le Mont-Blanc à droite

La Vallée Blanche et le Mont-Blanc à droite

Jeff avait très envie de faire une randonnée sur glacier, et cela tombe bien, il y a l’embarras du choix dans le massif du Mont-Blanc. Après s’être renseigné à la compagnie des guides de Chamonix, nous avons réservé un guide de haute montagne pour effectuer la traversée de la Vallée Blanche. C’est une randonnée accessible pour ceux qui n’ont jamais marché sur glacier. L’itinéraire passe par le glacier du Géant et relie l’aiguille du Midi (3 842 m) à la pointe Helbronner (3 462 m).

Le point de départ

Le point de départ

Munis de crampons, piolets et baudriers, le rendez vous est fixé pour le lendemain à 7h au téléphérique de l’aiguille du Midi. J’ai beau être matinal, j’ai mal.
Le temps de prendre les billets, de monter à l’aiguille du Midi grâce au téléphérique, il est temps de s’équiper !

On s'équipe !

On s’équipe !

Et c’est parti pour le passage un peu délicat : la descente de l’arête de l’Aiguille du Midi, un chemin étroit de 50 cm où l’on a d’un coté le glacier du Géant 500 m plus bas, et de l’autre côté Chamonix 2 500 m plus bas.

L'arrête de l'Aiguille du Midi

L’arête de l’Aiguille du Midi

Voici une petite vidéo trouvé sur Youtube pour vous donner un aperçu : https://www.youtube.com/watch?v=UbC3DYw4DZs
Fastoche non ?

L'aiguille du Midi

L’aiguille du Midi

Une fois l’arête passée, la première partie de la randonnée commence par une descente vers le glacier du Géant, de quoi bien profiter du panorama exceptionnel qui s’offre à nous.

La descente vers le glacier du Géant

La descente vers le glacier du Géant

La marche en crampons est assez aisée, même si par un manque d’attention, je me retrouve sur les genoux et cela provoque la perte de mon cache objectif qui doit être encore en train de glisser/rouler sur le glacier ou dans une crevasse.

De gauche à droite : Sommet des grandes Jorasses (4208m), arrête Rochefort et la dent du Géant (4013m)

Sommet des grandes Jorasses (4 208 m), arête Rochefort et la dent du Géant (4 013 m)

Une cordée

Une cordée

Le silence que l’on a la-haut est assez impressionnant. On a vraiment l’impression d’être tout petit, perdu dans cette grande étendue de glace.

De gauche à droite Sommet des grandes jorasses (4208m), arête Rochefort, la dent du géant (4013m)

Le télécabine que nous emprunterons pour le retour entre la pointe Helbronner et l’aiguille du Midi

Crevasses et ponts de neige se succèdent

Crevasses et ponts de neige se succèdent

La remontée vers la pointe Helbronner commence ensuite, c’est raide ! Le guide impose un rythme régulier et comme nous sommes à plus de 3 000 m, j’avoue en avoir un peu bavé.
Une fois arrivés, il est temps d’enlever tout notre équipement, et d’aller boire un verre bien mérité ! En attendant le télécabine du retour, nous profitons de la terrasse pour avoir un beau panorama sur la face italienne du Mont-Blanc (qui tout chauvinisme gardé est quand même moins belle que la face française).

Le Mont-Blanc depuis la pointe Helbronner

Le Mont-Blanc depuis la pointe Helbronner

Apres une bonne heure d’attente, nous pouvons regagner l’Aiguille du Midi et profiter du panorama via le télécabine.

12

Un rapide passage pour admirer le point de vue vers la vallée, et nous prenons le téléphérique pour redescendre.

La vallée de Chamonix vu de l'Aiguille du midi

La vallée de Chamonix vue de l’Aiguille du Midi

Il est 14h30, nous sommes un peu fatigués et avons un peu faim, mais vraiment satisfait de cette belle ballade. Nous en avons pris plein et les yeux. C’est vraiment cool la haute montagne !
Prochain objectif, faire un 4000 ! Le Mont-Blanc du Tacul (4 248 m) peut-être ?

Merci à Jeff à qui j’ai piqué quelques photos.
Pour tous renseignements, le mieux est d’aller à la compagnie des guides de Chamonix qui se trouve place de l’église, ou sinon sur http://www.chamonix-guides.com/