Bivouac au Lac Blanc

Le Lac Blanc, c’est la randonnée que tout le monde fait quand on va à Chamonix, elle est facile (quand on part de l’Index) et la vue sur la chaîne du Mont-Blanc est magnifique. C’est un lac d’altitude situé dans la réserve naturelle des Aiguilles Rouges et qui a une altitude 2 352 m. On l’appelle le Lac Blanc parce que c’est un lac de glacier et que son eau laiteuse lui donne un aspect blanc.

L’idée du Bivouac m’est venue quand j’ai lu cet article sur internet : http://djisupertramp.com/voyage/france/bivouac-et-randonnee-du-lac-blanc-a-chamonix-4194
J’ai trouvé les photos magnifiques et quand j’ai proposé à Anne et Jeff de bivouaquer au Lac Blanc, ils étaient partant ! C’était un moyen original de leur faire découvrir ce lieu et ce panorama.

La montée au Lac Blanc depuis le Col des Montets

La montée au Lac Blanc depuis le Col des Montets

La veille nous avons préparé nos sac à dos, ils sont lourds mais il faut bien emmener tente, duvets, nourriture, etc. Et pas question de faire la montée facile par l’Index, sinon c’est pas drôle. Quitte à en baver avec un gros sac à dos, autant monter par le Col des Montets (1 461m) soit presque 900 m de dénivelé. La pente est raide, les lacets nombreux surtout sur la première heure. La suite est bien plus plaisante une fois que nous avons rejoint le grand balcon sud et l’itinéraire du Tour du Mont-Blanc.

Un peu moins de 3 heures de montée pour enfin prendre un déjeuner bien mérité avec mes parents qui nous ont rejoint de puis l’Index pour le casse-croûte.

Le Lac Blanc vu du dessus

Le Lac Blanc vu du dessus

Apres avoir trouvé un endroit parfait pour planter notre tente, on décide d’occuper notre après midi en montant jusqu’au lac de la Persévérance qui se situe à 2 500 m. Il offre un beau panorama sur les Aiguilles Rouges, les glaciers d’Argentière et du Tour.

Lac de la persévérence

Lac de la persévérance

Nous redescendons ensuite tranquillement sur le Lac Blanc. Le temps pour Jeff de piquer un tête dans l’eau assez froide du lac, il est déjà l’heure de l’apéro ! Deux bières du Mont-Blanc et un saucisson plus tard, le jour commence à décliner. La fraîcheur du soir s’invite également. Les bouquetins profitent du calme pour venir gambader avec une grande agilité sur les rochers.

Le soir venu, les bouquetins sortent

Le soir venu, les bouquetins sortent

Malheureusement, le ciel se couvre de plus en plus et nous n’aurons pas le spectacle de la chaîne de Mont-Blanc rosi par le soleil couchant. Les nuages laissent parfois passer un peu de lumière pour nous donner un léger aperçu de ce que l’on rate.

La glacier des bossons au coucher du soleil

La glacier des bossons au coucher du soleil.

Le ciel reste bien bouché, nos envies d’astrophotographie sont bien compromises malheureusement.
Une soupe et un sachet de semoule plus tard, il est temps de nous reposer. Entre 1h et 3h du matin, la pluie viendra même taper sur notre tente, et je tiens à remercier M. Lafuma d’avoir faire une tente bien étanche malgré son grand age !

6h, le réveil sonne, la nuit fut courte, très courte mais je me lève vite car je ne veux pas louper le lever du soleil sur le Mont-Blanc.

La vue du campement au petit matin

La vue du campement au petit matin

Je prends mon trépied et je me dépêche pour immortaliser ce qui est pour le moment le plus beau lever de soleil auquel j’ai pu assister. J’ai le déclencheur de l’appareil photo qui chauffe. Le tri des photos n’en sera que plus compliqué.

Les 1ers rayons de soleil percent

Les 1ers rayons de soleil percent

Le soleil qui vient éclairer d’abord le Mont-Blanc, la Verte et les grandes Jorasses, puis petit à petit le reste de la chaîne.

Des Grandes Jorasses jusqu'à l'Aiguille du Goûter

Des Grandes Jorasses jusqu’à l’Aiguille du Goûter

Le campement

Le campement et l’Aiguille Verte

Plus le soleil monte, plus les reflets sur le Lac Blanc s’intensifient et j’arrive à obtenir LA photo que je voulais, la photo carte postale :

Le reflet sur le Lac Blanc

Le reflet sur le Lac Blanc

Le Mont-Blanc comme je ne l'avais jamais vu

Le Mont-Blanc comme je ne l’avais jamais vu

Il est 7h30, après un petit déjeuner rapide mais toujours avec une vue à couper le souffre, nous plions la tente et commençons notre descente vers Chamonix. Il nous faudra 1h15 pour rejoindre le téléphérique de la Flégère et récupérer ma voiture laissé la veille par mon père.

Le soleil perce

Le soleil perce

Malgré une météo un peu moyenne le soir et la nuit, je suis ravi de ce bivouac qui pour moi était une grande première ! Merci à Anne et Jeff pour avoir partagé ce moment, on recommencera ? (j’achèterai un meilleur tapis de sol !).

Publicités

Une réflexion sur “Bivouac au Lac Blanc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s